Concert de Meriem Beldi - Samedi 20 janvier 2018 à 20h30 - Entrée 15 euros

Au croisement de l'andalou et du chaâbi

Issue d’une famille mélomane, Meriem Beldi voue sa vie à la musique emblématique de sa ville natale, Alger. Dès ses six ans, elle est élève au sein de la prestigieuse école algéroise de musique arabo-andalouse El Mawsilia, du nom d’une lignée de musiciens kurdes à la cour abbasside. Chanteuse inspirée et joueuse de oud émérite, mandole et d'autres instruments à corde, elle a été  magistralement formée par des maîtres algérois renommés. Meriem Beldi qui se distingue par la beauté de sa voix veloutée, consacrée aujourd’hui par trois albums, est chaleureusement accueillie sur plusieurs scènes nationales et internationales (Institut du Monde Arabe, Cabaret Sauvage ,Festivals...).

Meriem Beldi interprète non seulement la variante algéroise du raffinement classique des noubas arabo-andalouses, mais aussi des airs constantinois, tunisien et libyen. L’autre passion de Meriem Beldi est le chaâbi, cette musique populaire d’Alger inspirée de la composition arabo-andalouse. Elle est l’une des rares artistes féminines à oser chanter ce répertoire, interprété exclusivement par des hommes depuis son avènement dans les années 1930-40. Initialement musique du petit peuple de la casbah, le chaâbi s’est largement nourri de la poésie melhoun et du lyrisme des artisans arabo-berbères de la médina et a prospéré avec les maîtres du genre tels Mohamed El Anka, Hachemi Guerouabi, Boudjemaâ El Ankis et le "néo chaâbi" avec notamment le regretté Kamel Mesoudi. Lors de cette soirée, Meriem Beldi interprétera des chansons de son nouvel album Chaâbi.